google-site-verification=ksqsaS6aQGM92dVE-VDydwWoCgcBoSiwK4bf_l6irhc

1. La place financière de Paris en pointe dans le développement de la finance verte et durable au niveau international :

• À la fin 2019, l'encours de la gestion Investissement Responsable en France s'établit à 1 861 mds € (contre 1 458 mds € à fin 2018). Les labels publics ISR et Greenfin continuent leur progression, affichant respectivement, 455 fonds labellisés (contre 222 en 2019) qui représentent 166 mds € d'encours, et 45 fonds labellisés (contre 30 en 2019) pour un encours total de 14 mds €.

Au travers de l'Initiative Carbone 2020, une quarantaine de fonds de capital-investissement travaillent au développement de guides, d'outils et de méthodologies opérationnels destinés à intégrer l'enjeu climatique dans leurs décisions d'investissement ou à réaliser l'évaluation de l'empreinte carbone de leurs participations. Sur 10 ans, de 2010 à 2019, 5,7 M€ ont été investis par les acteurs du capital-investissement français dans les Cleantech en France.

 

2. Le 29 octobre prochain, sera lancé un Observatoire en ligne destiné à recenser les engagements individuels des acteurs de la place de Paris sur une base volontaire autour de :

• La stratégie de sortie du charbon.

• Le financement de la transition vers une économie bas-carbone.

L'investissement responsable suivant des critères ESG.

• Les offres de produits responsables.

3. Les principaux défis de la place financière de Paris consistent à :

• Accroître l’accompagnement des entreprises et des par­ticuliers vers un modèle de neutralité carbone à horizon 2050 tel que posé par l’Accord de Paris.

• Augmenter la mobilisation des capitaux en faveur de la transition énergétique.

• Poursuivre l’effort de réduction des financements des activités les plus nocives pour le climat.

Intégrer le changement climatique dans la gestion globale des risques et se préparer aux stress tests climatiques.

• Développer avec les autorités de surveillance, les institutions européennes et internationales et les régulateurs de place les cadres réglementaires et normes pour faciliter la réorientation des capitaux et l’intégration des risques climatiques et assurer ainsi la résilience du système financier (Taxonomie verte européenne , green supporting factor, reporting extra financier …).

 

4. Par ailleurs, outre les enjeux climatiques, la place de Paris s’est engagée dans l’intégration de la biodiversité, la perte de la biodiversité étant désormais considérée comme un risque systémique majeur par le World Economic Forum.

• 16 acteurs financiers ont signé une tribune « Mobilisons le secteur financier pour préserver la biodiversité » le 21 mai 2019.

• Plusieurs acteurs financiers étaient co-signataires d’une tribune « Nous avons besoin de mesures fiables pour inverser la perte de biodiversité à l’échelle mondiale » qui appelle à mettre en place des métriques quantitatives de la biodiversité.

5.  Le secteur financier est acteur du changement autour de différents enjeux comme par exemple :

• Le financement des puits de carbone naturels et technologiques nécessaires pour espérer atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

• Le déploiement de la finance verte par des technologies telles que la blockchain, la finance spatiale …

• La contribution à l’Agenda 2030 ou comment le secteur financier participe au redes ODD.

Contexte